top of page

PAR TAGS : 

POST RÉCENTS : 

La douceur






Chère Ada,


Ce matin, quand je me suis regardé dans le miroir de ma salle de bains, j'avais un cil sur la joue. J'ai fermé les yeux et j'ai fait semblant d'oublier de quel côté il se trouvait. J'ai fait un vœu et je me suis tapoté une pommette. La droite. Doucement, mais elle a rougi.

Je ne peux pas te dire mon vœu, sinon il ne se réalisera pas.

Ensuite une douche rapide et je me suis habillé. Jean, tee-shirt bleu marine. Puis j'ai invoqué Saint Antoine de Padoue comme mon grand-père, parce que j'avais égaré mes clefs et mes belles lunettes cerclées de doré. Je n'ai retrouvé que les clefs, mais c'était suffisant, je me débrouille avec mes vieilles lunettes pour ma journée à l'université.

J'ai repensé à la douceur de ce cil en pédalant sur mon vélo jaune. Et j'ai pensé à tes sourcils fournis que j'aime ébouriffer. Le ressenti soyeux sur le bout de mon index. Surtout ne t'épile jamais les sourcils comme le font certaines. Leur tissé en point de croix est si beau, si délicat.

Je me suis demandé si la douceur avait réinvesti ta vie. Si ton cœur était paisible. Je connais ses trous noirs. Je ne vais pas te rebalancer ma définition des trous noirs, comme je l'ai fait un après-midi sous un soleil de plomb, à Tel Aviv. Tu n'avais rien compris et ça t'avait agacée de ne rien comprendre. On avait fini par s'engueuler devant un plat d'houmous et une shakshuka épicée.

Sans vouloir prendre l'air docte que tu détestes chez moi, j'ai envie de te dire un truc important: selon Einstein, il est possible de voir les ondes lumineuses éjectées de l'autre côté du trou noir.

Moi qui connais tous les bombardements que ton cœur a essuyés, j'ai envie de te dire que de l'autre côté du trou noir il y a la fulgurance, l'éclat. Aie confiance et arrête avec ces peurs enfantines qui te freinent. Je ne suis que ton Theus adoré, mais je perçois tout.

Tu me manques souvent - je sais, tu n'aimes pas cette idée de manque, elle te révolte, je crois surtout que tu as peur qu'elle te rende faible et petite, asservie.

En fin de journée, après mes cours avec les doctorants astrophysiciens, j'ai eu envie de te rendre visite. Une fois de plus, tu ne m'as pas démasqué. J'étais la petite pierre fine serrée à ton poignet, la blanche que retient un fil rose et que tu portes depuis des semaines. Je t'ai vue t'échiner à relire un rapport, faire du café avec ta nouvelle cafetière Alessi, soupirer pendant les réunions en ligne. Tu m'as mordillé et j'ai aimé. Ça te déstressait. Je sais que tu es bouleversée ces jours-ci, j'ai vu ton émoi, j'ai vu tes craintes. Ta manière de faire comme si de rien n'était. Je t'ai vue dévaler des pentes blanches, sourire aux montagnes que tu aimes tant. Défais-toi de tes peurs, elles t'encombrent. Abandonne-toi à la douceur. En rien elle n'entrave ta détermination.


Theus

Comments


bottom of page